Vers le Nord Pérou,plein sud

25 décembre: Vilcabamba.
"Buenos dia jovencitos" nous interpelle cette dame d'un âge certain, ce qui nous comble d'aise. Il faut dire que dans cette vallée les centenaires et plus sont si nombreux que l'etat équatorien y a créé un centre de recherches gérontologiques...Enfin, çà nous fait drôle d'être traité de "petits jeunes". Belle vallée que celle d'Iscabamba et village tranquille de 5000 habitants à 2500 m d'altitude. les 3000 qui nous entourent sont doux et verdoyants, facilement accessibles. La vie s'écoule paisiblement autour de la place centrale, entre centenaires, exploitants touristiques, voyageurs échoués, touristes curieux. Beaucoup de plantes en fleurs, un climat doux, une géographie propice aux vacances; beaucoup de résidences secondaires et beaucoup de tourisme interne au pays. Nous pourrions nous y arréter plus longtemps mais les superbes sites pré incas du Nord Pérou nous attendent.

Dscn8236 largeDscn8240 large

Dscn8214 large

Dscn8237 large

 

Nord Pérou, 27-28 -29 décembre;
Dscn8249 large
Après les longues traversées montagneuses, la route descend vers la mer et soudain c'est le désert...
Un grand désert très aride, des heures de route rectiligne au milieu de rien, puis des mini vallées irriguées le long des nombreux cours d'eau descendant des Andes, aux grosses productions de mangues, bananes, citrons, oranges, papaye, riz. Cette région est bien contrastée, sableuse à souhait, agricole en diable et très riche en vestiges archéologiques pré-incas.
Loja, dernière ville du Sud de l'Equateur, grouillante de monde en cette fin d'année.
Piura, première grande ville sur cette route du nord du Pérou, d'autres codes, d'autres vues, ...
Chiclayo, le maire est en prison pour corruption et enrichissement personnel, la villes est très sale, les ordures en attente de paiement des éboueurs...la circulation dense, véhicules majoritairement au gaz, soleil de plomb, plages de sable noir...
Dscn8268 large

Dscn8417 large

 

Lambayèque le 30 décembre
Des tas de terre, mais des très gros, c'est tout ce qui reste de ces inmenses pyramide Mochicas, des tombeaux qui n'ont pas livré tous leurs secrets, et des découvertes qui ont levé le voile sur l'une des société pré incas les plus prospères.
Les tombes des seigneurs de Sipàn ont révélé une multitude d'objets archéologiques de toutes catégories, parures royales et jarres de terre, bracelets et collier d'or et de jade...
Etonnant ce beau musée de Lambayèque à la mise en scène recherchée et moderne... voir ici . Dscn8372 largeSous ces trois étages enterrés, c'est l'overdose de trésors retrouvés autour des tombes de Sipàn. Tout çà vaut bien notre Egypte antique...les Sipàn, dominés par les Quetchuas (Incas) se sont éteints comme les autres sociétés pré colombiennes après l'arrivée des Espagnols.
Il faut lire les récits de la conquète espagnole pour s'apercevoir qu'une poignée d'aventuriers incultes et malades, avec quelques chevaux a pu changer le cours de l'histoire dans cette partie du monde et enrichir le vatican tout en payant les guerres de Charles Quint bourré de dettes chez les banquiers hollandais...une histoire de l'Europe...

C'est la révolution sur la plage de Pimentel ( Chiclayo), les grosses barques chargées de maqueraux arrivent. Organisation, efficacité pour transvaser ces tonnes de poisson des chalutiers aux camions frigos garés sur l'arrière plage. chacun à son poste, toute une population agit en chaîne pour perdre le moins de temps possible. la pêche semble "miraculeuse" et le poisson n'attend pas, vite, lavé, trié, pesé, encaissé, trasnporté jusqu'au camion rempli de caisses et de glace pilée. l'activité est intense et une troupe de petits chapardeurs entoure les hommes et femmes au travail pour recueillir les vestiges de cette pêche, poissons morts, glissants des caisses, ou prélévés au passage discrètement...tout le monde en profite et rien ne se perd...des pélicans à la gérante de la gargote locale.

 

Dscn8305 large

Dscn8312 large

Dscn8334 large

Dscn8302 large

Dscn8318 large

Dscn8345 large